yasmina-h-2plWARLMtUQ-unsplash_edited.jpg

La prire interieure incessante

Est-ce possible de prier sans cesse ? Les gens ordinaires au cours des siècles nous ont témoigné que c’était possible. Frère Laurent de la Résurrection, par exemple, nous dit : « Il n’y a pas de mode de vie dans ce monde plus plaisant et riche en réjouissances que celui de tenir une conversation continuelle avec Dieu. » Cependant, qui peut penser à Dieu tout le temps ? Dieu ne s’attend pas à ce que vous et moi, nous plongions immédiatement dans l’océan de la communion perpétuelle. Nous progressons dans ce type de prière par un mode de vie qui donne lieu à la fois à la compréhension et à la pratique.

  

Paul a écrit à ce sujet. Il a dit aux Romains (12.2) : « Soyez joyeux à cause de votre espérance, soyez patients dans les souffrances, priez avec fidélité ». Aux Éphésiens (6.18) : « Priez en toute occasion, en étant guidés par l’Esprit », aux Colossiens (4.2) : « Priez avec fidélité, demeurez vigilants par la prière adressée à Dieu avec reconnaissance », et aux Philippiens (4.6) : « Ne vous inquiétez de rien, mais en toute circonstance demandez à Dieu dans la prière ce dont vous avez besoin, et demandez-le-lui avec un cœur reconnaissant. » (Français courant).

 

Beaucoup de chrétiens au cours des siècles ont cherché à « prier sans cesse », à obéir à ce commandement. Pour ce faire, ils ont conçu deux expressions fondamentales de la prière du cœur (ou prière de Jésus). La première est plus formelle et liturgique ; la seconde, plus spontanée et familière. Voici la première.

  

Originaire de la tradition chrétienne hésychaste (paix et silence) de l’Orient, cette première expression se nomme la prière du cœur (ou prière de Jésus) qui prend racine dans les Psaumes. C’est une courte et simple prière de pétition qui se dit d’un seul souffle, ne contenant pas plus de sept à huit syllabes. On parle à Dieu de manière intime et très personnelle. La plus connue est : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, un pécheur », fondée sur la parabole en Luc 18.13. Utilisée beaucoup au sixième siècle, elle connaît un renouveau dans l’Église orientale au 14e siècle. Ce sera surtout au 19e siècle, lorsqu’un paysan russe raconte son histoire émouvante de sa quête pour prier sans cesse dans le livre Récits d’un pèlerin russe en 1870 qu’elle connaît une vraie renaissance parmi les chrétiens au-delà des murs de l’Église d’Orient.

 

Voici quelques étapes pour pratiquer cette prière du cœur.  

  1. Réservez un temps et un endroit tranquille où vous asseoir en silence dans la présence bienveillante de Dieu.  

  2. Puis, laissez Dieu vous interpeler par votre nom : « Jean », « Pierre », « Micheline », « Murielle », « Susanne », « Marc », etc. 

  3. Ensuite, laissez la question : « Que veux-tu ? » monter à la surface.

  4. Répondez-y simplement par un mot : paix, foi, force, etc. Ou par une phrase : « comprendre Ta vérité », « ressentir Ton amour », etc.

  5. Liez ce mot ou cette phrase à votre façon de parler à Dieu : « Jésus, mon Sauveur », « Père céleste », « Seigneur Jésus », etc. 

  6. Puis, écrivez votre prière en vous limitant à ce que vous pouvez dire en un souffle. 

  7. Au cours des prochains jours, laissez Dieu modifier votre prière légèrement. Vous comprendrez alors la vraie prière que vous devez faire.

  8. Priez votre prière le plus souvent possible. Que Dieu la plante profondément en vous. Il se peut que vous la répétiez pendant plusieurs semaines, plusieurs mois, voire même une année entière. Prayer. « Unceasing Prayer », Richard Foster, p. 125-136.